jardin de sculptures

affiche-jardin-de-sculptures-2019-OK

Soulaucourt sur Mouzon, Summer / Eté 2019:

JARDIN DE SCULPTURES

(Eng) This Summer, sculptor Patrick Villas opens his studio and sculpture garden in the North-East of France (Haute-Marne/Vosges) and invites collagist Bruno Mallart and painter Tobias Spierenburg. Visitors can discover the studio, as well as the sculpture garden with approx. 15 monumental and semi-monumental sculptures by Patrick Villas, about 15 oil paintings by Tobias Spierenburg and about 20 original drawings and diasec mounts by Bruno Mallart. More info will be posted soon.

(Fr) Cet été, le sculpteur Patrick Villas ouvre son atelier et son jardin de sculptures dans le Nord-Est de la France (Haute-Marne / Vosges) et il invite le collagiste Bruno Mallart et le peintre Tobias Spierenburg. Les visiteurs peuvent découvrir l’atelier ainsi que le jardin de sculptures avec une quinzaine de sculptures monumentales et semi-monumentales de Patrick Villas, une quinzaine de peintures à l’huile de Tobias Spierenburg et une vingtaine de dessins originaux et de diasecs de Bruno Mallart. Plus d’informations seront bientôt disponibles.


Tobias Spierenburg (English – Français ci-dessous)

(Eng) During this exhibition, Tobias Spierenburg presents his oils on canvas depicting fascinating French countrysides and orchards, often misty and mysterious.

Born into an artist family in Haarlem (the Netherlands), Tobias Spierenburg studied at the Royal School of Fine Arts in The Hague and then at the Royal School of Fine Arts in Antwerp. After living in Belgium for twelve years, he moved to France in 2008, first to Paris and then to Reims. Since 2000, his oil paintings are regularly exhibited in galleries in France, Belgium and Holland, and presented at major art fairs.

Tobias Spierenburg instinctively chooses the tree as the main subject, as the starting point of the figuration that allows him to express his fascination with light. His minimalist landscapes reflect a vaporous atmosphere surrounding a solitary tree, the unique subject of his work, seemingly simple, to achieve a balanced composition.

Voluntarily academic, the artist aspires to a work of atmosphere, leaving no one indifferent, using nuancing and blurring techniques in order to showcase the light in his works in all its importance. Different layers of paint and glazes give Spierenburg’s paintings a refined character. With colors that are not easy to define, it creates a special depth. The atmosphere in his paintings is based mostly on memories; the artist is always looking for the essence of previous impressions, which makes his work silent and dreamy.

Tobias Spierenburg

(Fr) Lors de cette exposition, Tobias Spierenburg présente ses huiles sur toile fascinants représentant des campagnes et des vergers français, souvent brumeux et mystérieux.

Issu d’une famille d’artistes de Haarlem, Pays-Bas, Tobias Spierenburg suit des études à l’Ecole Royale de Beaux Arts de La Haye, puis à l’Ecole Royale de Beaux Arts d’Anvers. Après avoir vécu en Belgique pendant douze années, il s’installe, en 2008, en France, d’abord à Paris, puis à Reims. Depuis 2000, ses peintures à l’huile sont régulièrement exposées dans des galeries en France, en Belgique et en Hollande, et présentées au sein des grands salons d’art.

Tobias Spierenburg choisit instinctivement l’arbre comme sujet principal, point de départ même de la figuration qui lui permet d’exprimer sa fascination pour la lumière. Ses paysages minimalistes reflètent une ambiance vaporeuse entourant un arbre solitaire, sujet unique de son œuvre, en apparence simple, pour aboutir à une composition équilibrée.

Volontairement académique, l’artiste aspire à une œuvre d’ambiance, ne laissant quiconque indifférent, traitée dans la nuance et le flou afin de rendre à la lumière toute son importance. Les différentes couches de peintures et de glacis donnent aux tableaux de Spierenburg un caractère travaillé. Avec des couleurs qui ne se laissent pas facilement définir, il crée une profondeur particulière. L’ambiance dans ses toiles se base surtout sur des souvenirs ; l’artiste est toujours à la recherche de l’essence d’impressions antérieures, ce qui rend son œuvre silencieuse et rêveuse.


Bruno Mallart (English – Français ci-dessous)

(Eng) Bruno Mallart (born in Paris in 1963) studied with esteemed professors like Roman Cieslewicz and Peter Knapp before graduating from the (ESAG Penninghen) Superior School of Graphic Arts in Paris, where he now lives and works.

Distant heir of Albert Robida and Honoré Daumier, and more generally of the school of the nineteenth-century anticipation illustrators, Bruno Mallart has created a very personal universe, deeply aesthetic, full of surreal humor, offbeat, surprising and sometimes cruel, like a Ralph Steadman.
Bruno Mallart exhibits in several galleries in Europe, represented by Galerie Bayart in Paris since 2011, including its large numbered prints presented Diasec®, produced by Studio Franck Bordas. He has undertaken since 2014, the creation of patinated steel furniture pieces where he joins his works in glass supports it publishes itself in limited series and signed.

As an illustrator, Bruno Mallart works for some of the most prestigious French and international publications, including: The NY Times, The Washington post, Wall Street Journal, Financial Times of London, Telerama, Le Monde, Computer World and The New Scientist.  His advertising clients include: Sun Microsystem, CEA, Volkswagen, Dexia Bank, Audi, City of Paris, Sierra Nevada Beer, and Air Liquide.  He also illustrates Paul Auster’s books that are published in France.

Bruno Mallart is also a professor at Superior School of Graphic Arts in Paris where he teaches drawing to architecture/design students.

Bruno Mallart presents two aspects of his work during the exhibition this summer:

Large digital original mounted diasecs:

From pencil sketches, Bruno Mallart determines a subject and a composition. The actual creation is then done using Photoshop.

It is not a matter of drawing or painting on the computer, but rather of a very personal digital kitchen. The elements of the traditional techniques (drawings, paintings, small objects, collages of old engravings, backgrounds, etc.) are combined and scanned and imported into the software. The creative work consists of a multitude of operations: editing, deformation, colorization, cutting, superposition, enlargement, reduction. A work can assume the superposition of thousands of layers of these different operations. It is a long and painstaking job that can last from a few weeks to several months. In the end, we will not understand if it is painting, drawing, photography, trompe l’oeil, … in fact, it’s all that at once.

The final result consists of a digital file, the only way to make the artwork exist is to make an art print that will be published in very small quantities, usually in 8 numbered and signed copies. This work is entrusted to the Franck Bordas workshop, with whom the artist has been working for more than 20 years, whether in digital or lithography printing. The print is mounted under diasec (definitive inclusion technique under plexiglass).

Original drawings on prepared wood:

Since 2016, Bruno Mallart has been developing a new unique technique halfway between drawing, collage and volume.

The support of these paintings consists of a wooden panel prepared with a coating to be lacquered. This type of support has two reasons to be: on the one hand, the extra smooth and hard surface gives a particular character to the black chalk design, on the other hand, the wood support allows the attachment of volumes that are sometimes heavy objects.

The figuration and the themes are parallel to the digital work, but they are unique pieces implementing the black chalk drawing, the collage, the montage of an object.

Creation, however, uses the computer extensively: a first composition is made precisely on the computer, it will be projected on the board to be enlarged.

All collages are themselves creations/montages made with the computer, then printed in a precise format on Japanese paper to be pasted on the board.

These paintings are always presented under plexiglass showcases to protect the drawing and volumes.

Bruno Mallart 

(Fr) Après avoir suivi les cours de l’Ecole Supérieure dArts Graphiques Penninghen, plutôt orienté vers le graphisme et la photo, Bruno Mallart se tourne dès 1986 vers lillustration. En 1989, il intègre le groupe France-Illustration et réalise pendant des années des illustrations dans un style plutôt réaliste, à l’aquarelle et à la plume.

À la fin des années 1990, Bruno Mallart va développer une écriture bien différente : peinture, aquarelle, crayon et collages sur des supports divers tels que boîtes, planches et objets, se mêlent pour donner vie à un univers loufoque où des poivrons volants croisent des personnages encriers… La découverte de Photoshopva lui offrir alors de nombreuses pistes de figuration et de mise en œuvre de ses images…

Son travail est principalement publié dans des magazines (Télérama, Courrier International, Le Monde, The New York Times, The Wall Street Journal…).

Depuis 2010 et parallèlement à son travail d’illustrateur, ses créations personnelles, éditions numériques, collages, dessins originaux et sculptures sont exposés par la Galerie Bayart à Paris, la Galerie Caldérone à St Malo et Dinard, The Latem Gallery en Belgique.

Des expositions ont été organisé de ses œuvres à Paris, Londres, Madrid, Hongkong, Lille et Strasbourg…

Bruno Mallart présente deux aspects de son œuvre lors de l’exposition cet été:

Grand numériques originaux collés sous diasec:

À partir de croquis au crayon, Bruno Mallart détermine un sujet et une composition.La création proprement dite est ensuite opèrée sur le logiciel Photoshop.

Il ne sagit pourtant pas de dessin ni de peinture à l’ordinateur mais plutôt dune cuisine numérique très personnelle. Se mêlent des éléments de la technique traditionnelle (dessins, peintures, petits objets, collages de gravures anciennes, fonds de matière etc.) qui ont été scannés, puis importés dans le logiciel. Le travail de création consiste en une multitude d’opérations : montage, déformation, colorisation, découpe, superposition, agrandissement, réduction. Un tableau peut supposer la superposition de milliers de couches de ces différentes opérations. Cest un travail long et minutieux qui peut durer de quelques semaines à plusieurs mois. Au final, on ne va pas comprendre si cest de la peinture, du dessin, de la photo, du trompe loeil. En fait cest tout à la fois.

Le résultat final consistant en un fichier numérique, la seule façon de faire exister lœuvre est den faire un tirage dart qui sera édité à de très faibles quantités, généralement en 8 exemplaires numérotés et signés. Ce travail est confié à l’atelier Franck Bordas avec qui lartiste collabore depuis plus de 20 ans, que ce soit en numérique ou en lithographie. Le tirage est collé sous diasec (technique dinclusion définitive sous plexiglas).

Dessins originaux sur bois préparé:

Bruno Mallart développe depuis 2016 une nouvelle technique unique à mi-chemin entre le dessin, le collage et le volume.

Le support de ces tableaux consiste en un panneau de bois préparé avec un enduit à laquer. Ce type de support a deux raisons d’être : d’une part, la surface extra lisse et dure donne un caractère tout particulier au dessin à la pierre noire, dautre part le support bois permet laccroche de volumes qui dans certains cas sont des objets lourds.

La figuration et les thèmes sont parallèles au travail numérique, mais il sagit de pièces uniques mettant en œuvre le dessin à la pierre noire, le collage, le montage d’objet.

La création utilise pourtant abondamment lordinateur : une première composition est réalisée précisemment à l’ordinateur, elle sera projetée sur le tableau pour être agrandie.

Tous les collages sont eux-mêmes des créations/montages faits à l’ordinateur, puis imprimés au format précis sur papier Japon pour être collés sur le tableau.

Ces tableaux sont toujours présentés sous vitrine plexi afin de protéger dessin et volumes.